Recherche une formation
INITIATION A LA BOURSE
jeudi matin 9h15 à 12h00 - salle 17

Initiation à la Bourse


A quand une véritable éducation financière ?


Lu dans les journaux : Investir dans les actions, c’est la garantie de perdre son argent.


Tous les banquiers sont des voleurs, la seule chose qui les intéresse, c’est de nous dépouiller…..


Le genre de propos que l’on peut régulièrement lire et qui n’étonneront personne.


L’an dernier a la même époque on pouvait lire dans les journaux qu’un Belge sur vingt était financièrement analphabète. Cela va encore, me suis-je dit.


De précédentes conversations avec des amis, la famille ou des connaissances m’avaient incité à croire le contraire.


Les chiffres émanaient d’une étude de KU Leuven qui faisait apparaitre que les connaissances en matière d’argent se situaient essentiellement chez les diplômés de l’enseignement supérieur.


Solution standard.


Il est clair qu’il devrait en aller autrement.


Non pas que nous devrions tous devenir des gourous de la Bourse, mais il est essentiel que chacun dispose de bonnes connaissances de base pour pouvoir prendre les bonnes decisions,plutôt que de se resigner a des solutions standard telles que le carnet d’épargne. Dont ceux-ci ne sont pas très rémunérateurs.


Une solution a laquelle nombre de Belges continuent pourtant de recourir.


Rien que dans les grandes banques, on a encore vu affluer plusieurs milliards sur les comptes d’épargne.


Et non, la plupart des épargnants ne l’ont pas fait par conviction ou pour les intérêts qui sont insignifiants, mais par facilite.


Il est grand temps que les banques, les autorités et l’enseignement unissent leurs efforts.


Afin d’instruire financièrement le Belge moyen. Et vraiment instruire. De façon objective comme il convient


D’une façon telle que le Belge dispose de connaissances de base suffisantes pour  se poser des questions critiques.


Percevoir clairement les éventuels avantages et inconvénients de certains produits financiers.


Connaitre les frais et la fiscalité de ces produits, et surtout prendre les bonnes décisions.


Des connaissances financières d’ordre général devraient faire partie de toute formation de base, au même titre que la lecture, l’écriture, les mathématiques, Les langues ou la géographie


De ce fait l’U3A se devait de participer à cette  formation.


René De Toffol